Vous avez dit Guérisseurs ?

Vous avez dit Guérisseurs ?

Arrivé comme du bois flotté, porté par les vagues sur les plages de l’Archipel, le nom de guérisseur n’aura laissé que peu d’explorateurs insensibles. Tantôt il fascine, tantôt il crispe. Ici perçu comme un espoir, là associé à des préjugés, voire dégradé par les hérauts d’une culture du soin orthonormée, il dérange et bouscule… toujours bercé par la bienveillance, parfois incomprise, de son ADN.

Qu’est-ce qu’un guérisseur à la Hutte ?

C’est un professionnel de l’épanouissement personnel, mu par l’aménité et la compassion à l’égard de celles et ceux qui viennent profiter de ses enseignements ou de ses soins.

Les Guérisseurs sont enseignants de yoga, masseurs et masseuses aux diverses spécialités, énergéticiens, maîtres Reiki, naturopathes, psys, clown thérapeutes, sophrologues, hypnopraticiens… et nous n’égrainerons pas plus la liste au risque de n’en oublier que quelques-uns.

Sur les rivages de l’Archipel, sous ce terme de Guérisseurs, apparaît évidemment une intention narrative teintée de romantisme tendrement provocateur. La Hutte des Guérisseurs est l’expression d’un champ sémantique qui vient nourrir un imaginaire coloré, joyeux et bercé d’espoir pour un monde en transition.

L’usage de ce terme à la fois évocateur et dérangeant participe à une démarche de décloisonnement dans le but d’accompagner chacun d’entre-nous à sortir de ses propres carcans de pensée. “Je sais que je ne sais pas” disait Socrate et pour autant je ne dois pas forcément croire à tout. Stoïcisme, scepticisme et épicurisme bien dosés peuvent faire bon ménage… tant que place est faite à l’écoute de soi et des autres.

Les guérisseurs, mémoires refoulées de nos humanités ?

Héritiers de pratiques ancestrales nourries par l’expérience et la circulation des savoirs vernaculaires, les guérisseurs incarnent au moins autant de réalités que de fantasmes. Des druides aux marabouts, des magnétiseurs aux rebouteux, des sorciers aux chamans, ils furent aux quatre coins du monde garants de connaissances et autres sagesses diverses sur les mécanismes supposés de la vie.

Leurs savoirs empiriques ne purent toutefois résister à l’implacable besoin de validation méthodologique de la médecine occidentale moderne. En caricaturant à peine, tout ce qui ne pouvait être prouvé selon certains critères de valeurs ne pouvait être reconnu.

Ainsi, jusqu’à ce que la science démontre ce que l’intuition supposait et les pratiques séculaires constataient, plus aucun crédit n’était accordé aux “savoirs” des guérisseurs.

Par exemple, si depuis des millénaires, certains de nos ancêtres perçoivent l’énergie des corps subtils, il faut attendre un frémissement ces dernières années pour que les outils de mesure scientifiques constatent les limites techniques de leurs prédécesseurs pour ne plus remettre en cause de façon aussi catégorique ces “connaissances ressenties” sur l’énergie.

Du guérisseur au charlatan, le raccourci de pensée

Eh oui, car la peur arrive toujours, précédée de cette méfiance grassement gavée par les trompettes anxiogènes d’une culture dominante. Ce vieux mécanisme qui consiste à ostraciser ce ou celui que je ne comprends pas avant même d’essayer de le connaître… fait toujours autant de ravages.

Mais attention, pour autant le charlatanisme reste l’un des premiers risques qui guette les domaines mis au ban de la pensée critique. Exclue d’office, une pratique s’invitera plus aisément dans le domaine du fantasme que si elle est soumise à la finesse de l’intelligence collective. Le charlatan noyé au milieu des béotiens fera son beurre, s’il est plongé dans une assemblée d’experts… il s’évaporera de lui-même.

Comme dans d’autres secteurs de notre société, tout le monde a à gagner du dialogue et de la rencontre. C’est d’ailleurs l’un de nos leitmotiv à l’Archipel et c’est pour cela que nous encourageons et accompagnons les rencontres entre guérisseurs, thérapeutes et autres curieux bienveillants.

Opposer médecine conventionnelle et médecines alternatives, cultures occidentales et orientales, ou mettre dos à dos chirurgiens et énergéticiens semble bien vain et énergivore. Mieux vaut miser sur les complémentarités et les synergies exponentielles qui peuvent en naître.

Partagez sur les réseaux :